45 espèces de poissons d’aquarium d’eau douce

Vous cherchez donc à vous lancer dans l’aquariophilie… 

Tout d’abord, félicitations !  L’aquariophilie est un passe-temps étonnant et agréable.

Vous avez la bonne démarche en commençant par faire des recherches.  Beaucoup trop de gens entrent dans une animalerie sans connaissance préalable et achètent des poissons qu’ils ne sont pas prêts à garder – pour les voir mourir quelques jours plus tard.

Ce guide a comme objectif de vous présenter 45 espèces de poissons d’eau douce que vous trouverez souvent en animalerie. Vous pourrez voir à quoi ils ressemblent et commencer à découvrir leurs comportements et leurs conditions de maintenance pour faire votre première sélection. Certains sont faciles et résistants et conviennent parfaitement aux débutants, tandis que d’autres sont plutôt à réserver aux habitués de l’aquariophilie.

Betta / combattant

Betta splendens
  • Nom scientifique : Betta splendens
  • Difficulté de soins : très facile
  • Le tempérament : agressif
  • Volume minimal de l’aquarium : 20 litres

Voilà un poisson que même les personnes n’ayant jamais eu d’aquarium connaissent : le combattant. Malheureusement, beaucoup de fausses informations circulent à son sujet et expliquent que ces poissons soient souvent maintenus dans de mauvaises conditions.

Le combattant est un poisson très robuste, mais cela ne veut pas dire qu’il peut tout supporter. Il a besoin d’un aquarium de 20 litres et d’un entretien correct, c’est à dire à minima un changement d’eau par semaine.

Un combattant doit impérativement être seul, sans autre poisson de son espèce, car il est très agressif. Ce constat est vrai autant pour les mâles que pour les femelles, et les mâles et femelles entre eux. Si votre aquarium est nettement supérieur à 20 litres, vous pourrez par contre le maintenir avec des poissons d’autres espèces, à condition qu’ils soient calmes. Le combattant est en effet très beau, mais bien mal équipé pour nager, et peut être stressé par des poissons trop vifs ou qui lui mordent les nageoires.

Il y a bien des choses à dire du combattant, c’est pour cela que vous trouverez de nombreux articles sur son sujet sur ce site, ainsi qu’un ebook contenant tout ce qu’il y a à savoir pour bien s’occuper des combattants, et faire le tri entre les bonnes et mauvaises informations.

Découvrez tous les secrets pour s’occuper d’un combattant comme un pro
  • Vous avez un combattant ou voulez en accueillir un,
  • Vous en avez assez d’avoir des informations contradictoires,
  • Et vous avez bien l’intention de le garder le plus longtemps possible ?

C’est là qu’intervient notre guide complet, simple et concret : pour vous éviter de faire toutes les erreurs fatales des débutants !

retour au menu ↑

Guppy

Poecilia reticulata
  • Nom scientifique : Poecilia reticulata
  • Difficulté de soins : très facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 60 litres

Les guppies font partie des poissons d’aquarium emblématiques. Leur nature robuste, leur couleur vive et leur facilité d’entretien en font un excellent choix, même pour les aquariophiles débutants.

Les guppies sont petits, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut les réserver à des nano aquariums. En effet, les guppys vivent en harem : comptez 3 femelles pour un mâle. Ce ratio est important car les mâles peuvent être très oppressants. Ils sont aussi connus pour se reproduire très facilement. Quelques guppies deviennent vite un banc entier. 

Les guppies ont un caractère vif et paisible, ils sont donc un bon choix pour un aquarium communautaire. La présence de poissons plus gros qu’eux permet également de limiter leur reproduction. Évitez toutefois de les accompagner de poissons agressifs ou qui ont tendance à déchirer les nageoires, comme les barbus. 

Les guppies qui sont aujourd’hui ont élevés et sélectionnés depuis des génération pour développer de belles couleurs et être d’entretien facile. Ils sont insectivores et vermivores. Il se satisfont tout à fait des aliments du commerce mais apprécient les aliments vivants occasionnellement : larves de moustiques, vers de vase… 

La multitude de couleurs permet également de varier les variétés dans plusieurs aquariums. Certains passionnés ont même pour objectif de développer de nouvelles couleurs. 

retour au menu ↑

Guppy endler

Poecilia wingei
  • Nom scientifique : Poecilia wingei
  • Difficulté de soins : très facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 20 litres

Le guppy endler est similaire au guppy commun dans son comportement. Il se maintient également en harem (1 mâle pour trois femelles) afin d’éviter que le mâle ne pourchasse une seule femelle et ne l’épuise. Il est grégaire et a besoin d’un groupe pour être en sécurité. 

Le guppy endler est pacifique avec les autres espèces et aurait plutôt tendance à devenir une proie à cause de sa petite taille. Il faut donc éviter de l’accompagner de grandes espèces pour éviter les risques de prédation. Il ne se préoccupe pas des autres poissons de taille similaire. 

Le endler a tendance à sauter, il ne faut donc pas le placer dans un aquarium ouvert.

Tout comme le guppy commun, le guppy endler a été sélectionné pour présenter une diversité de coloris. La femelle est plus grande que le mâle et sa robe est unie. Il est d’ailleurs impossible de la distinguer d’une femelle poecilia reticulata. 

retour au menu ↑

Néon bleu

Paracheirodon innesi
  • Nom scientifique : Paracheirodon innesi
  • Difficulté de soins : facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 80 litres

Si le terme de néon bleu désigne habituellement la variété Paracheirodon Innesi, elle peut aussi désigner Paracheirodon axelrodi et Paracheirodon simulans. Ces trois variétés sont similaires par leurs couleurs, mais différentes par leur taille et leurs conditions de maintenance.

Le néon hérite son nom de la bande réfléchissante sur son flanc. Cette bande, ainsi que l’alternance de bleu et de rouge en font un poisson très visible dans les aquariums. Il existe une variété de paracheirodon innesi dite “diamant”, sélection non naturelle avec une bande blanche plutôt que bleue.

Les néons bleus sont des poissons très énergiques qui constituent de beaux bancs lorsqu’ils sont en nombre suffisant. Il est important de les maintenir en bancs de 10 individus minimum. Plus ils sont nombreux, mieux ils se sentent !

C’est un poisson paisible qui peut cohabiter avec tous les poissons qui ne chercheront pas à s’en nourrir. Il est intéressant de les associer à des poissons de fonds, les néons résidant exclusivement au milieu de l’aquarium, ou avec des poissons plus gros vivant en couple, comme des ramirezi ou apistogramma. La présence de gros poissons stimulera la formation d’un banc chez les néons.

Le néon est omnivore à tendance carnivore. Il est sensible à la qualité de l’eau et tombe facilement malade si l’aquarium est mal maintenu, notamment si les changements d’eau ne sont pas assez réguliers.

retour au menu ↑

Molly

Poecilia schenops
  • Nom scientifique : Poecilia schenops
  • Difficulté de soins : très facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 120 litres

Le molly est très populaire, pour des raisons similaires au guppy : il présente de nombreux coloris différents, il est robuste, pacifique et se reproduit facilement. Il est cependant plus grand et nécessite dans un aquarium d’un volume minimal de 120 litres.

Il existe également une variété “lyre” qui présente une queue en forme d’arc de lune. 

Le molly se maintient en harem, avec un mâle pour deux femelles. Il est par ailleurs grégaire, prévoyez donc au moins deux harems. La différenciation des mâles des femelles est assez facile car le mâle est plus petit, plus coloré. 

Il occupe la surface et le milieu de l’aquarium. Prévoyez un décor de plantes touffues, de pierres et de racines pour permettre aux femelles de se cacher.

Il est omnivore et accepte facilement les aliments secs du commerce. Il est utile de varier leur alimentation avec des insectes vivants (artemias, larves de moustique…) et des apports de légumes blanchis occasionnels.

retour au menu ↑

Xipho

Xiphophorus helleri
  • Nom scientifique : Xiphophorus hellerii
  • Difficulté de soins : très facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 120 litres

Les xipho sont reconnaissables à la forme de la queue des mâles, qui leur vaut le surnom de “poisson porte-épée”. Cette queue en pointe est en effet caractéristique de l’espèce. Le dismorphisme sexuel est évident : seuls les mâles présentent cette forme d’épée à la queue. Le xipho vit en petit groupe et en harem d’un mâle pour trois femelles.

C’est un poisson paisible qui ne cherche pas de problème avec les autres espèces. Il ne cherche pas à chasser les poissons plus petits, et sa taille lui permet de ne pas être une proie pour les poissons plus gros. 

Si la variété sauvage est plutôt terne, le xipho a été sélectionné au fil des années pour présenter des couleurs plus prononcées : rouge, orange, noir, blanc… 

Les xipho sont très robustes et peu exigeants tant en termes de qualité de l’eau que de température. Ils acceptent également facilement les aliments du commerce. Ce sont donc des poissons tout à fait adaptés aux débutants aquariophiles qui voudraient un aquarium de plus de 100 litres

retour au menu ↑

kuhlii

Pangio kuhlii

  • Nom scientifique : Pangio kuhlii
  • Difficulté de soins : facile/modéré
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 160 litres

Le kuhlii est un poisson original tant par son apparence que par son comportement. Il s’agit d’une petite loche serpentiforme, ce qui explique son apparence similaire à un serpent. Il existe plusieurs variétés, la plus commune étant beige striée de taches brunes. Il est aussi possible d’en trouver de couleur brun uni. 

Les kuhli sont grégaires, il faut donc les garder en groupes de 4 ou 5. Plutôt calme en journée, ils préfèrent fouiller le sol à la recherche de nourriture, ou rester ensemble en tas dans un coin sombre. Ils sont plus actifs la nuit, où ils nagent parfois en cercle le long de l’aquarium, un comportement qui leur est unique.

Les kuhlii restent au sol hormis pour leurs quelques moments d’excitation pendant lesquels ils nagent le long de la façade. Il faut donc leur privilégier un aquarium long plutôt que haut ou profond. 

J’espère de tout coeur que vous n’aurez jamais besoin de pêcher un kuhlii dans un aquarium communautaire… Car ils sont très vifs, glissants et vont jusqu’à s’enterrer pour fuir. La seule solution est de vider le maximum d’eau, d’enlever racines et pierres et de persévérer. Ils possèdent une épine derrière chaque oeil qui peut s’accrocher dans l’épuisette, il faut donc les sortir avec précaution. 

Faites aussi attention aux kuhlii et loches en général lorsque vous avez besoin de mettre un médicament dans l’eau : ces poissons n’ont pas d’écailles et y sont donc très sensibles. Lisez attentivement les modes d’emploi. 

Les kuhlii ont un comportement vraiment fascinant.

retour au menu ↑

Poisson rouge

Carassius auratus
  • Nom scientifique : Carassius auratus
  • Difficulté de soins : très facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 200 litres

Le poisson rouge est un grand classique des aquariums, qui intéresse étrangement surtout les personnes qui ne souhaitent pas nécessairement approfondir l’aquariophilie. Ces personnes pensent qu’il s’agit du poisson le plus facile… à tort. Car comme le combattant, le poisson rouge souffre de fausses idées.

Tout d’abord, le poisson rouge est grégaire, il doit donc être maintenu en groupe d’au moins cinq poissons. Comptez par ailleurs un volume de 40-50 litres par poisson. L’aquarium minimal pour accueillir des poissons rouges devrait donc être de 200 litres !

Un poisson rouge, lorsqu’il a la place suffisante pour grandir et qu’il survit assez longtemps, peut atteindre 20 centimètres en aquarium.

Le poisson rouge est un gros pollueur. Il faut donc une filtre qui tienne la route et un entretien très régulier du bac. Il est par ailleurs friand de plantes d’aquarium et peu de plantes lui résistent… Les aquariums de poissons rouges sont ainsi laissés nus, avec des décorations artificielles ou quelques plantes résistantes comme des anubias.

retour au menu ↑

Killi Cap lopez

Aphyosemion australe
  • Nom scientifique : Aphyosemion australe
  • Difficulté de soins : facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 15 litres

Le Cap lopez (aphyosemion australe) fait partie de la grande famille des killies. Il existe tellement de variétés de killies que certains passionnés en font leur spécialité. Pourtant le Cap lopez Gold est généralement la seule variété qu’on retrouve en animalerie.

La Cap lopez Gold est un petit poisson de 5 centimètres avec un corps en longueur, orangé. Le mâle est un peu plus gros que la femelle, avec des nageoires plus longues, il est également plus coloré.

Ces poissons vivent en couple ou en trio (un mâle et deux femelles). Il est impératif d’acheter à la fois un mâle et une femelle. Il est facile de les distinguer en aquarium, les couples sont généralement formés dans les animaleries et il suffit de prendre un mâle et une femelle qui restent proches l’un de l’autre. Ils sont paisibles, mais sont plus vifs et visibles lorsqu’ils sont maintenus en aquarium spécifique (sans autre espèce de poissons).

Ce sont des poissons tout à fait adaptés à la vie en nano-aquarium, dans lequel on placera un couple.

Attention, le cap lopez est un sauteur ! Il faut couvrir son aquarium.

retour au menu ↑

Barbu de sumatra

Puntigrus tetrazona
  • Nom scientifique : Puntigrus tetrazona
  • Difficulté de soins : facile
  • Le tempérament : légèrement agressif
  • Volume minimal de l’aquarium : 120 litres

Le barbu de sumatra est un poisson très vif. S’il n’est pas vraiment territorial, il a tout de même tendance à être agressif envers les autres espèces, surtout celles avec de longues nageoires. Il a surtout tendance à mordre les nageoires des autres poissons, raison pour laquelle il faut privilégier des poissons plus imposants, avec des nageoires courtes ou n’évoluant pas au milieu de l’aquarium pour l’accompagner.

Le barbu est un poisson de banc, il faut le maintenir par groupe, au minimum de 6 individus, ce qui explique qu’il ait besoin d’un volume d’au moins 120 litres, plus si vous souhaitez avoir d’autres espèces dans l’aquarium. Sachez que plus le groupe est imposant, moins il y peut y avoir de problèmes d’agressivité.

C’est une espèce robuste, très amusant à regarder par sa vivacité et les interactions des barbus entre eux. Avec eux, l’aquarium a de la vie !

Les barbus sont omnivores et accepteront facilement tout ce que vous pouvez leur donner. Sélectionnez donc un aliment de base dans votre animalerie, et agrémentez occasionnellement avec des insectes vivants, congelés ou lyophilisés.

retour au menu ↑

Ancistrus

Ancistrus Sp.

  • Nom scientifique : Ancistrus Sp.
  • Difficulté de soins : facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 120 litres

L’ancistrus est souvent vendu comme un “poisson nettoyeur”. Cependant, si vous l’achetez en pensant qu’il vous débarrassera des algues, des déchets et qu’il lavera les vitres, vous serez bien déçus.

“Ancistrus” regroupe de nombreuses variétés, dont on en retrouve généralement deux en animalerie, une variété brune tachetée de blanc et une autre dite “gold”, dorée. C’est un poisson long, plat, avec la bouche plaquée au sol. Vous ne verrez pas d’ancistrus nager en pleine eau : son physique l’oblige à être plaqué au sol ou contre les parois de l’aquarium.

Il n’a pas de réelle exigence sur la qualité de l’eau de l’aquarium il est robuste et est très paisible, ce qui en fait un bon poisson pour les débutants. Mais ne vous fiez pas à sa taille en animalerie : l’ancistrus est souvent vendu très jeune, alors qu’il fait seulement deux à trois centimètre… mais adulte, il peut en faire jusqu’à 12 ! Il est donc primordial de prévoir un aquarium qui peut accommoder sa taille adulte, d’au moins 120 litres.

L’Ancistrus est un poisson omnivore avec une tendance herbivore. Il se nourrit de restes de nourriture, de plantes en décomposition… voir de plantes en bonne santé s’il n’a plus rien à se mettre sous la dent. Il faut donc lui fournir des aliments pour poissons herbivores pour compléter son alimentation.

retour au menu ↑

Poisson zèbre

Danio rerio
  • Nom scientifique : Danio rerio
  • Difficulté de soins : très facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 80 litres

Le danio rerio est reconnaissable instantanément grâce à ses rayures, qui lui valent le surnom de “poisson zèbre”. On trouve également en animalerie une variété qui présente des tâches à la manière d’un léopard, plutôt que des rayures.

C’est un poisson d’eau douce actif, paisible avec ses congénères et les autres espèces, et grégaire (il faut un groupe d’au moins 5 individus). Plus le banc est gros, plus il est audacieux et se montre dans l’aquarium.

C’est un poisson qui n’a pas fait l’objet de beaucoup de sélection et qui est très rustique, il n’est pas très exigeant sur les paramètres de l’eau que ce soit en termes de ph, de dureté ou de température.

Le danio rerio est carnivore, il est recommandé de lui apporter une nourriture sèche (flocons, granulés…) et de varier à l’occasion par des insectes vivants, congelés ou lyophilisés.

retour au menu ↑

Gourami nain

Trichogaster lalius

  • Nom scientifique : Trichogaster lalius
  • Difficulté de soins : facile / intermédiaire
  • Le tempérament : semi-agressif
  • Volume minimal de l’aquarium : 80 litres

Le Gourami nain est un poisson qui attire par ses sublimes couleurs vives. C’est un poisson intéressant à observer grâce à ses nageoires pelviennes qui ressemblent à des antennes, qu’il utilise pour toucher son environnement : on peut ainsi le voir tâter les plantes et même les autres poissons.

C’est un poisson calme qu’il faut donc accompagner d’espèces elles aussi calmes, mais il peut aussi se montrer territorial. Ne mettez pas plusieurs mâles dans le même aquarium, sinon ils se montreront tous farouchement territoriaux ! 

Le gourami nain vit seul ou en couple. Les femelles sont faciles à différencier, car elles sont en effet beaucoup plus ternes que les mâles.

Le gourami nain est omnivore à tendance insectivore.Il ne fait pas la fine bouche et accepte tous les aliments, mais apprécie qu’on varie son assiette de temps en temps avec des vers de vase, daphnies, artémias…

Ce poisson occupe la partie supérieure de l’aquarium. Il qui constitue une belle pièce maîtresse, en association avec un banc de petits poissons (rasboras, tetra étincelle…) et des poissons de fonds (kuhlii, corydoras…).

C’est un poisson fragile qui nécessite un entretien rigoureux de l’aquarium.

retour au menu ↑

Tétra étincelle

  • Nom scientifique : Hyphessobrycon amandae
  • Difficulté de soins : facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 50 litres

Le tétra étincelle est un petit poisson orangé toujours en activité. C’est un poisson qui doit impérativement vivre en banc, le banc apportant un sentiment de sécurité et lui permettant de dévoiler son caractère. Si vos tetra étincelles sont timides, ils ne sont certainement pas assez nombreux. Prenez au moins 10 individus, un banc plus large peut être nécessaire suivant les autres espèces de l’aquarium.

Vous n’aurez certainement pas de problème avec le tétra étincelle : c’est un pacifique. Il est également robuste et peu sujet aux maladies.

Il faut simplement faire attention à son alimentation. Comme il est petit, sa bouche est elle aussi toute petite. Il faut lui prendre des aliments secs à réduire en poudre, car il ne peut pas manger tout ce qui est plus gros que de la poudre. Il ne pourra également pas avaler la plupart des insectes, hormis les très petits aliments vivants comme les anguillules du vinaigre.

retour au menu ↑

Pleco

Hypostomus plecostomus
  • Nom scientifique : Hypostomus plecostomus
  • Difficulté de soins : expert
  • Le tempérament : semi-agressif
  • Volume minimal de l’aquarium : 1500 litres

Le pléco est un poisson d’aquarium emblématique, qui en animalerie semble similaire à l’ancistrus. Il est lui aussi souvent vendu comme un “poisson nettoyeur”, ce qu’il n’est pas.

Le pléco est un poisson de fonds qui peut devenir très imposant, étant donné qu’il peut mesurer jusqu’à 50 centimètres en aquarium et vivre plusieurs dizaines d’années. C’est pour cette raison qu’il est à réserver aux très grands aquariums (>1500 litres).

Ce poisson passe sa vie à racler le sol, les vitre et tous les décors à la recherche de micro-algues et d’aliments. Plutôt pacifique dans sa jeunesse, il devient teigneux. On évitera de l’accompagner de petits poissons de fonds, comme des petits corydoras, qui souffriront de ses humeurs.

Ces différentes caractéristiques en font un poisson à réserver aux aquariophiles expérimentés.

Le pléco est omnivore avec une préférence pour les végétaux. Les aliments spécial loricaridé permettent de couvrir ses besoins nutritionnels, avec quelques légumes bouillis occasionnels.

retour au menu ↑

Barbu cerise

Puntius titteya
  • Nom scientifique : Puntius titteya
  • Difficulté de soins : facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 80 litres

Voilà un poisson à la couleur éclatante et au comportement vif. La barbu cerise sait prendre sa place dans tous les aquariums ! Il convient de le maintenir en banc d’au moins 6 individus pour qu’il se sente en sécurité, tout en prenant plus de femelles que de mâles. Les mâles se chamaillent entre eux, mais cela pose rarement de problème si le banc est assez grand.

Le barbu cerise occupe le milieu et le bas de l’aquarium, et peut cohabiter avec des poissons de surface sans empiéter sur leur territoire. Leur naturel nerveux peut stresser certains poissons, il faut donc éviter de les faire cohabiter avec des poissons calmes et stressant facilement.

Le barbu cerise est le poisson facile par exemple : il n’a pas vraiment d’exigence concernant les paramètres de l’eau, se contentant généralement d’eau du robinet, ni concernant les aliments. C’est un omnivore qui avale tout ce qui se présente sans se poser de questions.

retour au menu ↑

Corydora poivré

Corydora paleatus
  • Nom scientifique : Corydora paleatus
  • Difficulté de soins : facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 100 litres

Les corydoras sont des petits poissons chats qui occupent le fonds de l’aquarium et passent leurs journées à fouiller le sable à la recherche de nourriture. Il est possible de les observer faire des piqués vers la surface pour ingérer un peu d’air, un comportement qui est plus ou moins présent selon les variétés.

Etant donné que le corydora a des barbillons autour de la bouche et fouille le sol, il est important de faire attention au sol utilisé et d’éviter les sols en quartz aux bord tranchants. Le sable de loire est tout à fait adapté.

Le corydora poivré vit en banc. C’est un poisson calme et indépendant qui ne pose jamais de problème avec les autres espèces.

Le corydora poivré est un poisson robuste. C’est un omnivore opportuniste, qui se nourrit de végétaux, de mollusques et de vers. En aquarium, il convient de les nourrir avec des aliments pour poissons de fonds, qui contiennent une partie végétale. Cette alimentation de base peut être complétée par des légumes bouillis et des vers congelés.

retour au menu ↑

Platy

Xiphophorus maculatus
  • Nom scientifique : Xiphophorus maculatus
  • Difficulté de soins : facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 120 litres

Le platy est un classique des aquariums d’eau douce, résistant et disponible avec une certaine variété de couleurs : tuxedo, lune, corail, sunset…

La reproduction est très facile et se produit généralement spontanément dès que des mâles et femelles sont ensemble. Ce qui est facile, étant donné que c’est un poisson grégaire. Il faut donc constituer un banc d’au moins 6 individus tout en respectant un ratio d’un mâle pour deux femelles.

Ce sont des poissons calmes et paisibles, pacifiques entre eux, avec les autres espèces de poissons mais aussi avec les crevettes et escargots.

Le platy est un poisson omnivore, il est facile à nourrir mais il faut prendre garde à ne pas trop nourrir, ce qui pourrait poser des problèmes quant à la qualité de l’eau.

retour au menu ↑

Gourami perlé

Trichopodus leerii

  • Nom scientifique : Trichopodus leerii
  • Difficulté de soins : facile
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 200 litres

Le gourami perlé doit son nom à sa robe constellée de points blancs. C’est un poisson sublime qui attire les regards à tous les coups. Tout comme le combattant et le gourami nain, le gourami perlé est doté d’un labyrinthe, un organe qui lui permet d’assimiler l’oxygène de l’air. Il occupe ainsi la partie supérieure de l’aquarium et apprécie notamment les plantes de surface.

C’est un poisson légèrement territorial avec ses congénères, mais pacifique et même timide avec les autres espèces. Il est important d’organiser l’aquarium de façon à avoir des territoires délimités, en créants des angles morts avec des plantes, pierres et racines. Ceci permet d’éviter les comportements agressifs entre gourami perlés, et permet de les isoler des espèces plus remuantes.

Le gourami perlé est tout à fait adapté aux aquariophiles débutants, à condition d’avoir un aquarium d’au moins 200 litres de volume et 120 centimètres de façade. Il n’est pas compliqué à nourrir, il faut simplement faire attention à la petite taille de sa bouche. Les aliments congelés et lyophilisés doivent être assez petits pour être avalés, comme des daphnies et artémias.

retour au menu ↑

Discus

Symphysodon aequifasciatus
  • Nom scientifique : Symphysodon aequifasciatus
  • Difficulté de soins : intermédiaire
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 350 litres

Tous les aquariophiles ont en tête un grand aquarium et son groupe de discus colorés, souvent vus comme un graal. Le discus est un poisson impressionnant à la fois par ses couleurs vives et variées, et par sa forme de disque unique en aquarium.

Le discus n’est pas recommandé pour les débutants pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’investissement initial est important : l’aquarium doit faire au moins 350 litres, le meuble doit être spécifique et les discus valent plus de 40 euros pièce. Les prix peuvent être largement supérieurs suivant les couleurs et l’âge du discus. L’entretien doit être irréprochable, les discus étant fragiles aux nitrates. Enfin, les discus préfèrent une eau acide, qui nécessite d’utiliser de l’eau osmosée et d’agir sur le ph selon les paramètres de l’eau de conduite.

Les discus doivent être maintenus en groupe de cinq individus minimum, dans un volume de 350 litres. Le discus est un prédateur et ne doit pas être maintenu avec des crevettes, de petits escargots et de petits poissons, qu’il pourrait prendre pour des proies.

Les discus consomment à la fois des végétaux et des proies. Il est important de leur fournir un aliment de base spécifique aux discus, à compléter régulièrement par des légumes feuilles bouillis, vers de vase, coeur de boeuf…

retour au menu ↑

Scalaire

Pterophyllum scalare
  • Nom scientifique : Pterophyllum scalare
  • Difficulté de soins : intermédiaire
  • Le tempérament : semi-agressif
  • Volume minimal de l’aquarium : 350 litres

Les scalaires sont un des symboles de l’aquariophilie, reconnaissable à sa forme de demi-lune. Les scalaires d’élevage ont été sélectionnés pour présenter des couleurs et même des formes différentes : jaune, noir, rayé, nageoires en voiles…

Le scalaire est robuste mais a besoin de place : il peut atteindre 18 centimètres de haut à l’âge adulte. C’est également un poisson grégaire, qu’il faut maintenir en groupe de 5 individus minimum. Pour ces différentes raisons, il est recommandé d’utiliser un aquarium de 350 litres minimum et d’y placer un groupe de jeunes scalaires. La présence d’un groupe est extrêmement importante, car les scalaires peuvent être agressifs entre eux. Le groupe permet de mitiger leurs instincts territoriaux.

Les scalaires d’élevage ne sont pas très exigeants. Ils apprécient tout de même une eau acide, une filtration sur tourbe ou la présence de tanins liée à des racines est appréciée.

Vu leur stature, il vaut mieux éviter les décorations imposantes et les pierres,et privilégier les plantes naturelles pour leur laisser plus d’espace de nage.

Les scalaires sont omnivores, et les scalaires d’élevage acceptent tous les aliments qui leur sont donnés : sec, lyophilisés, congelés, vivants… Le scalaire est un chasseur, faites donc attention à ne pas avoir de crevettes ou petits poissons dans l’aquarium qui pourraient faire office de repas !

retour au menu ↑

Poisson hachette marbré

Carnegiella strigata
  • Nom scientifique : Carnegiella strigata
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 100 litres

Le poisson hachette marbré est originale par sa forme et son comportement. Il est impossible de le confondre avec un autre poisson ! 

Ce poisson vit exclusivement sous la surface de l’eau. Dans la nature, les poissons hachette fuient les prédateur en se propulsant hors de l’eau et en parcourant ainsi parfois plusieurs mètres. Vous comprendrez qu’il est impératif de couvrir l’aquarium pour éviter les fuites.

Le poisson hachette marbré vit en groupe, plus il est grand, mieux c’est. Prévoyez au minimum 6 individus. Il s’entend très bien avec toutes les espèces, étant donné qu’il est quasiment le seul à occuper le dessous de la surface de l’aquarium. Il n’empiète ainsi sur aucun territoire.

Le poisson hachette est réputé pour être fragile. Il faut faire particulièrement attention à son acclimatation, et l’idéal serait de lui fournir une eau ambrée avec un ph acide, grâce à une filtration sur tourbe. Il vit en effet dans des eaux sombres à l’état naturel. Il est également rassuré par la présence de plantes flottantes (grenouillette, pista…) qui lui offrent de l’ombre et des abris.

Le poisson hachette se nourrit en surface, il lui faut donc de petits aliments flottants. Les aliments secs conviendront, mais il raffole surtout des petits insectes comme les drosophiles et les larves de moustiques.

retour au menu ↑

Ramirezi

Mikrogeophagus ramirezi
  • Nom scientifique : Mikrogeophagus ramirezi
  • Difficulté de soins : intermédiaire
  • Le tempérament : semi-agressif
  • Volume minimal de l’aquarium : 50 litres

Le ramirezi est un cichlidé nain très coloré qu’il convient de maintenir en couple. Il est tout à fait adapté aux aquariums à partir de 50 litres.

Le ramirezi est calme et même timide, qui cohabite bien avec les autres espèces, hormis avec les crevettes qu’il chasse. Il faut éviter les espèces très vives qui peuvent le stresser, et il est nécessaire de se limiter à un seul couple si l’aquarium est petit. Le ramirezi est en effet territorial avec les membres de son espèce. Il vit au fonds de l’aquarium et a besoin de se constituer un territoire, il faut donc prévoir de nombreuses cachettes grâce à des plantes, cailloux et racines.

C’est un poisson assez fragile, ce qui ne s’arrange pas au fil du temps à cause de la sélection extrême dont il fait l’objet pour avoir de belles couleurs. L’entretien de l’aquarium doit être irréprochable.

retour au menu ↑

Botia clown

Chromobotia macracanthus
  • Nom scientifique : Chromobotia macracanthus
  • Difficulté de soins : expert
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 600 litres

Le botia clown est un poisson de fonds qui peut devenir très grand : il atteint jusqu’à 25 centimètres de long à l’âge adulte ! Il doit également vivre en groupe d’au moins 5 individus. Cette taille explique qu’il est nécessaire d’avoir un aquarium d’au moins 600 litres pour pouvoir le maintenir sans risquer de le nanifier.

La couleur du botia clown évolue en fonction de son humeur et de son âge, devenant naturellement plus terne en vieillissant.

Ce poisson est généralement calme, mais peut avoir des moments plus actifs, voire agressifs. Il se nourrit en fouillant le sol et apprécie particulièrement les escargots et autres mollusques. Les aliments pour poissons de fonds constituent une alimentation de base qu’il accepte.

Ce poisson est à réserver aux aquariophiles expérimentés de par sa taille. Il est nécessaire d’étudier avec soin la population de l’aquarium pour qu’aucune espèce ne soit stressée par l’autre, ni chassée.

retour au menu ↑

Rasbora arlequin

Trigonostigma heteromorpha

  • Nom scientifique : Trigonostigma heteromorpha
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 80 litres

Le rasbora arlequin est un petit poisson de couleur rose à rouge, avec un triangle noir sur les côtés de la queue. C’est un poisson très répandu dans les aquariums communautaires et les biotopes asiatiques.

Le rasbora arlequin est un poisson de banc, il convient donc d’en accueillir au moins 10 individus, dans un aquarium de minimum 80 litres. Dans les aquariums plus grands, n’hésitez pas à accueillir plus d’individus, car une hiérarchie s’installe dans les bancs et les comportements sont alors d’autant plus intéressants à observer. Il apprécie un aquarium bien planté.

Ce poisson est un micro prédateur. De nature omnivore à tendance carnivore, il ne présente aucune difficulté au niveau de l’alimentation et accepte tous les aliments du commerce. Il est toujours intéressant de varier occasionnellement la nourriture avec de la nourriture vivante, lyophilisée ou congelée : artémias, vers de vase, morceaux de moules… Il est également robuste et peu exigeant, ce qui en fait un très bon poisson pour les débutants.

retour au menu ↑

Rasbora orné

Boraras brigittae
  • Nom scientifique : Boraras brigittae
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 30 litres

Le rasbora orné est un tout petit poisson d’à peine deux centimètre, rouge vif avec une bande noire.

Comme la majorité des poissons de petite taille, c’est un poisson de banc, à maintenir en groupe de 10 individus au moins. Il est adapté aux petits aquariums, à partir de 30 litres de volume. Il ne se préoccupe pas des autres espèces, mais étant donné sa petite taille, il faut éviter de le maintenir avec des espèces très vives, agressive ou prédatrices.

Le rasbora orné est un carnivore. Comme il est petit, sa bouche est elle aussi toute petite. Il faut lui prendre des aliments secs à réduire en poudre, car sa bouche est très petite. Il ne pourra également pas avaler la plupart des insectes, hormis les très petits aliments vivants comme les anguillules du vinaigre.

retour au menu ↑

Microrasbora galaxy

Danio margaritatus
  • Nom scientifique : Danio margaritatus
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 50 litres

Le microrasbora galaxy est un magnifique petit poisson d’eau douce. Il mesure à peine deux centimètres adulte, sa robe est sombre et constellée de points jaunes, avec des nageoires rouges et noires.

Le microrasbora galaxy est un poisson de banc. Il est tout ce qu’il y a de plus pacifique, les joutes entre les mâles se limitant à des nageoires déployées. Il s’entend autant avec son espèces qu’avec les autres. Il est au contraire d’un naturel timide et se cache si le groupe est trop petit, ou qu’il est maintenu avec des espèces trop vives. Alors pour profiter de sa beauté, il vaut mieux en avoir au moins 10 individus, et bien sélectionner les autres espèces pour rester sur des poissons calmes, de préférence de la même taille.

Le microrasbora galaxy n’est pas très regardant sur la nourriture. Cependant, comme tous les petits poissons, sa petite bouche le limite. Il faut donc éviter les granulés et privilégier des palets ou flocons à réduire en poudre.

retour au menu ↑

Corydora bronze

Corydora aeneus

  • Nom scientifique : Corydora aeneus
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 60 litres

Le corydora bronze est un poisson qu’on trouve à coup sûr en animalerie dans sa coloration normale (robe sombre avec une large bande métallisée sur le flanc), ou albinos. C’est le poisson de fond classique, vers lequel beaucoup de débutants se tournent. 

Le corydora bronze est grégaire, il vit en banc d’au moins 6 individus. Il est robuste et c’est un omnivore opportuniste, qui se nourrit de végétaux, de mollusques et de vers. Il s’accommode très bien des aliments pour poissons de fonds. Il faut privilégier des aliments qui coulent rapidement pour éviter que les autres poissons n’attrapent sa nourriture avant, et lui donner occasionnellement quelques vers de vase congelés ou vivants.

Comme tous les corydoras, il faut faire attention au sol utilisé et éviter le quartz. Il a en effet plusieurs barbillons qui lui servent à fouiller le sol pour se nourrir, et qui peuvent se coupe si le sol est tranchant.

retour au menu ↑

Arc en ciel de boeseman

Melanotaenia boesemani
  • Nom scientifique : Melanotaenia boesemani
  • Difficulté de soins : intermédiaire
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 200 litres

Le poisson arc en ciel de Boeseman ne fait pas beaucoup d’effet en animalerie, où ses couleurs sont ternes. Et pourtant ! C’est un poisson magnifique qui prend toutes ses couleurs vers ses un an. Le corps du mâle est partagé entre bleu et orange et fait alors tout son effet, tandis que la femelle est plus terne, avec une robe tirant vers le vert.

Le poisson arc en ciel est un poisson de banc, qui doit être maintenu en groupe d’au moins 6 individus, avec plus de femelles que de mâles. Il est paisible et ne pose pas de difficultés aux autres espèces, mais il est actif.

Le poisson arc en ciel est un omnivore à tendance carnivore. Il accepte les aliments du commerce mais il est recommandé de varier régulièrement avec des artémias, du krill, des drosophiles et autres vers, qui lui permettent de garder des couleurs éclatantes.

retour au menu ↑

Barbu doré

Puntius semifasciolatus
  • Nom scientifique : Puntius semifasciolatus
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 120 litres

Le barbu doré apporte une touche d’éclat aux aquarium grâce à sa couleur dorée. C’est une espèce très répandue dans le commerce aquariophile.

Le barbu est un poisson de banc, il faut le maintenir par groupe, au minimum de 6 individus, ce qui explique qu’il ait besoin d’un volume d’au moins 120 litres, plus si vous souhaitez avoir d’autres espèces dans l’aquarium. Le barbu doré est très actif. Il peut y avoir des frictions entre les mâles, mais elles sont évitées lorsque le banc est suffisamment grand.

C’est une espèce robuste, peu regardante sur les paramètres de l’eau. Il est aussi très facile à nourrir, car il est omnivore et accepte facilement tout ce que vous pouvez leur donner. Sélectionnez donc un aliment de base dans votre animalerie, et agrémentez occasionnellement avec des insectes vivants, congelés ou lyophilisés. C’est un très bon choix pour un aquariophile débutant.

retour au menu ↑

Barbu rosé

Puntius conchonius
  • Nom scientifique : Puntius conchonius
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 200 litres

Le barbu rosé est de couleur rouge à rosé pour le mâle, et jaune argenté pour la femelle. Les couleurs deviennent éclatantes à la période de reproduction. Ils sont un peu plus gros que les autres variétés de barbus, et sont ainsi plus adaptés à la maintenance avec de grandes espèces.

Comme tous les barbus, le barbu rosé est grégaire. Le banc doit être composé d’au moins 6 individus, plus dans l’idéal pour qu’ils se sentent à l’aise et éviter les frictions. Il est par contre très actif, ce qui peut stresser les espèces les plus calmes.

Le barbu cerise est le poisson facile par exemple : il n’a pas vraiment d’exigence concernant les paramètres de l’eau, se contentant généralement d’eau du robinet, ni concernant les aliments. C’est un omnivore glouton qui apprécie granulés, paillettes, aliments congelés, lyophilisés et vivants sans se poser de question.

retour au menu ↑

Néon rouge

Paracheirodon axelrodi
  • Nom scientifique : Paracheirodon axelrodi
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 80 litres

Le néon rouge fait partie des trois espèces qui sont communément appelées “néon”. C’est un poisson très répandu en aquariophilie, grâce à son comportement pacifique et ses couleurs rouge et bleu chatoyantes. On le distingue du néon bleu par sa ligne bleue qui est plus étendue, de l’oeil à la nageoire caudale.

Le néon rouge, aussi appelé cardinalis, est grégaire. Il a besoin de vivre en groupe d’une dizaine d’individu pour se montrer. Il occupe le milieux de l’aquarium. Il ne pose aucun problème de cohabitation, il faut simplement éviter de le maintenir avec des prédateurs, comme des discus et des scalaires.

C’est un poisson sensible au stress et aux maladies. Généralement, dans un aquarium communautaire il est le premier à montrer des symptômes lorsqu’un problème se présente, il faut donc être attentif à son comportement.

Le néon rouge est un micro prédateur. Il se contente d’aliments classiques, mais raffole des petites proies, comme des artémias et larves de moustiques ! Il faut faire attention à ne pas le suralimenter, car c’est un goulu.

retour au menu ↑

Apisto perroquet

Apistogramma cacatuoides
  • Nom scientifique : Apistogramma cacatuoides
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : semi-agressif
  • Volume minimal de l’aquarium : 80 litres

L’apisto perroquet est un petit cichlidé amazonien. Ce poisson est apprécié depuis de nombreuses années en aquariophilie grâce à ses coloris et son comportement intéressant. Aujourd’hui, plusieurs sélections ont été faites afin d’avoir des couleurs plus prononcées. Selon la sélection disponible en magasin, les nageoires peuvent être noires et jaunes, ou rouges vif. La femelle est plus petite et moins coloré que le mâle, et devient jaune vif lors de l’accouplement.

Ce poisson doit être maintenu en couple, ou en harem (un mâle et deux femelles). C’est un poisson territorial, il faut donc éviter d’avoir plusieurs couples ou plusieurs mâles dans le même aquarium. Il est par contre pacifique avec les autres espèces.

Il occupe le fonds de l’aquarium, qu’il faut aménager de façon à fournir des cachettes, avec des pierres ou des racines.

L’apisto perroquet est détritivore et vermivore. On peut parfois le voir aspirer le sable puis le recracher par les branchies : c’est une des façons dont il se nourrit. Il doit être nourri avec des aliments carnés. Il ne fait généralement pas la fine bouche et accepte granulés, paillettes…

retour au menu ↑

Yeux bleus

Poropanchax normani
  • Nom scientifique : Poropanchax normani
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 30 litres

Le poisson aux yeux bleus est un petit poisson à la couleur étincelante, entre le blanc et le bleu. C’est un très bon choix pour un débutant, surtout qu’il s’accommode des petits aquariums à partir de 30 litres. Il apporte une touche d’éclat à l’aquarium.

C’est un poisson de banc, il faut en maintenir au moins 5 individus, ce qui correspond à un volume de 30 litres, mais il se sent nettement plus en confiance à partir de 10 individus (50 litres). Il est très vif, et il est courant de voir certains poissons se courser les uns les autres sans que ça ne pose jamais de problème. Il occupe la surface et le milieu de l’aquarium.

Il est omnivore, pour le nourrir il suffit de choisir un aliment assez petit pour qu’il puisse l’avaler.

retour au menu ↑

Tetra coeur saignant

Hyphessobrycon erythrostigma
  • Nom scientifique : Hyphessobrycon erythrostigma
  • Difficulté de soins : intermédiaire
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 140 litres

Ce tetra est un habitué des animaleries, reconnaissable à un point rouge sang présent sur son flanc, qui lui vaut son surnom de “coeur saignant”. S’il est très pâle en animalerie généralement à cause du stress, il prend une couleur plus rosée en aquarium.

C’est un poisson d’eau douce actif, qui nécessite donc d’avoir de la place et notamment une bonne longueur de nage. Il est paisible avec ses congénères et les autres espèces, et grégaire. Il convient de le maintenir en groupe d’au moins 10 individus, dans un aquarium d’au moins 140 litres.

C’est un poisson tout à fait adapté à la maintenance avec des espèces plus grosses comme des ramirezi ou des discus, car il ne se laisse pas intimider tant qu’il est en nombre insuffisant. Il faut cependant oublier la cohabitation avec des crevettes, car c’est un micro prédateur qui se nourrit des juvéniles.

Le tetra coeur saignant est omnivore avec un penchant pour les aliments carnés. Il est recommandé de lui apporter une nourriture sèche (flocons, granulés…) et de varier à l’occasion par des insectes vivants, congelés ou lyophilisés.

retour au menu ↑

Tetra fantôme noir

Hyphessobrycon megalopterus
  • Nom scientifique : Hyphessobrycon megalopterus
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 80 litres

Deux espèces de tetra fantôme se rencontrent en animalerie : le noir, Hyphessobryon megalopterus, et le rouge, Hyphessobrycon sweglesi. S’ils ont pour similarité de partager le même point noir sur les flancs, leurs tailles et conditions de maintenance sont légèrement différentes.

Les deux espèces sont des poissons de banc tout à fait accessibles aux aquariophiles débutants, avec en prime un comportement intéressant. Lorsque le banc est assez grand (compter au moins 8 individus, 10 dans l’idéal), les mâles s’intimident et se pourchassent sans que cela ne pose de problème. Ils sont robustes, peu coûteux, et acceptent généralement tous les aliments destinés aux poissons exotiques.

Les tetra fantôme sont ce qu’il y a de plus pacifique, et occupent le milieu de l’aquarium sans jamais se soucier des autres espèces.

retour au menu ↑

Tetra aux yeux rouges

Moenkhausia sanctaefilomenae

  • Nom scientifique : Moenkhausia sanctaefilomenae
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 120 litres

Le tétra aux yeux rouges est un poisson au corps argenté avec un anneau rouge autour des yeux, et une bande rouge que la queue. D’apparence ordinaire, ses yeux rouge vif le distinguent lorsqu’il est installé dans un aquarium.

Le tetra aux yeux rouges occupe le milieu de l’aquarium et doit être maintenu en banc. Plus le banc est imposant mieux c’est, les poissons se sentant en sécurité et montrant plus facilement leur comportement naturel. Il est important d’avoir au moins 10 individus.

Ils sont robustes, peu exigeants sur les paramètres de l’eau et pacifiques, ce qui signifie qu’il y a très peu de chances de rencontrer des problèmes. Il peut cohabiter avec la plupart des poissons exotiques, tant que les paramètres de l’eau concordent.

retour au menu ↑

Tetra diamant

Moenkhausia pittieri
  • Nom scientifique : Moenkhausia pittieri
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 100 litres

Le tetra diamant ne fait pas le malin en animalerie, où il passe pour un poisson pâle. La seule touche de couleur est rouge sur le dessus de ses yeux. Mais il cache bien son jeu, car une fois à l’aise dans un aquarium ses écailles deviennent argentées et irisées. Les mâles adultes ont les nageoires bien développées, et une coloration tirant vers le bleuté. C’est véritablement un bijou dans un aquarium !

Le tetra diamant est un poisson de banc, il doit vivre en groupe d’au moins 8 individus pour qu’il se sente en sécurité. Les mâles adultes paradent entre eux et se poursuivent, mais cela ne pose pas de problème si le banc et l’aquarium sont assez grands. Il est pacifique avec les autres espèces mais a tendance à grignoter les nageoires… Il faut donc éviter de le maintenir avec des poissons aux longues nageoires.

Il accepte tout type de nourriture carnée : aliments secs, daphnies, vers de vase, artémias..

retour au menu ↑

Poisson-chat otocinclus

Macrotocinclus afffinis
  • Nom scientifique : Macrotocinclus afffinis
  • Difficulté de soins : intermédiaire
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 80 litres

L’Otocinclus est un tout petit poisson-chat, qui ne dépasse pas les 4 centimètres de longueur. Ce sont des poissons amusant à observer, toujours à la recherche de nourriture au fonds de l’aquarium ou le long des plantes, et pacifiques avec les autres espèces. Ils ne posent pas de problème non plus avec les crevettes, qu’ils ignorent.

L’otocinclus a besoin d’être maintenu en groupe pour se sentir en sécurité et montrer son comportement naturel. Comptez au moins 6 individus dans un même aquarium. La présence de nombreuses plantes est également un élément rassurant.

La spécificité et la difficulté de l’otocinclus vient de son régime alimentaire, principalement alguivore et herbivore. Il est recommandé de ne l’installer que dans un aquarium cyclé depuis plusieurs mois, pour qu’il puisse y trouver des micro algues constituant la base de son alimentation. Il ne faut cependant pas l’oublier et considérer qu’il mange les déchets, car il y a fort à parier qu’il ne trouvera pas assez de nourriture dans votre aquarium. Il a besoin de légumes blanchis (épinards) ou crus (concombre), et d’aliments pour poisson de fonds à base de spiruline.

retour au menu ↑

Néon du pauvre

Tanichthys albonubes
  • Nom scientifique : Tanichthys albonubes
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 100 litres

Le néon du pauvre, ou vairon de chine, est un habitué des animaleries, où on le trouve sous plusieurs variation de couleur : la couleur naturelle, le gold ou encore l’albinos. C’est une espèce grégaire et pacifique, qui doit être maintenue en groupe d’une dizaine d’individus. Une hiérarchie s’installe au sein du groupe, sans qu’il n’y ait de problème d’agressivité.

C’est un poisson très résistant qui n’a notamment pas besoin de chauffage. Certains passionnés le maintiennent même en poubellarium, à l’extérieur en été, c’est dire si la température ambiante lui convient. C’est une espèce tout à fait adaptée au “low-tech” étant donné qu’il n’a que faire d’un chauffage ou d’une lumière. Prévoyez simplement de nombreuses plantes dans son aquarium, ainsi que des plantes flottantes. Le néon du pauvre est une proie dans la nature, et la présence de plantes reproduit son habitat naturel tout en le rassurant.

C’est un omnivore à tendance carnivore qui accepte tous les aliments secs pour poissons exotiques, et raffole des petits insectes vivants comme le zooplancton et les larves de moustique.

retour au menu ↑

Veuve noire

Gymnocorymbus ternetzi
  • Nom scientifique : Gymnocorymbus ternetzi
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 100 litres

La veuve noire ne doit son surnom qu’à son apparence. Son corps est un dégradé d’argenté à noir, avec deux barres noires traversant ses flancs. C’est en réalité un poisson pacifique qui n’a rien du comportement d’une veuve noir.

Les veuves noires sont peu sensibles à la qualité de l’eau car elles sont naturellement robustes. Elles sont par contre sensibles au nitrates, il faut donc être vigilant sur la qualité de l’entretien de l’aquarium.

Les veuves noires sont des poissons de banc qui doivent vivre en groupe de 5 poissons minimum. Globalement pacifiques, elles peuvent parfois s’en prendre aux nageoires des autres poissons plus lents ou aux longues nageoires. La maintenance en groupe assez important permet de limiter ce comportement aux veuves noires et d’observer la dynamique de groupe de ces poissons.

C’est un poisson facile à nourrir, qui accepte les aliments secs, vivants, congelés, lyophilisés…

retour au menu ↑

Nez rouge

Hemigrammus rhodostomus
  • Nom scientifique : Hemigrammus rhodostomus
  • Difficulté de soins : débutant
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 80 litres

Le nez-rouge se distingue des autres poissons par sa tête rouge vif, son corps argenté et sa queue rayée de blanc et de noir. C’est le poisson de banc par excellence, tout à fait adapté aux débutants : esthétique, pacifique, robuste, peu cher.

Le nez rouge est particulièrement esthétique quand il est maintenu avec un banc de taille suffisante. C’est un petit poisson qui a besoin de son banc pour être en sécurité et montrer son comportement naturel, comptez donc un groupe d’au moins 6 individus, l’idéal étant d’en avoir au moins 12.

S’il est relativement résistant, il faut tout de même faire attention aux nitrates et être donc attentif aux changements d’eau. L’acclimatation doit également se faire en douceur.

Au niveau de l’alimentation, le nez rouge est omnivore et accepte facilement tous les aliments. Il est recommandé de choisir un aliment sec comme aliment de base, et de varier régulièrement avec du vivant, ou des insectes congelés ou lyophilisés qui lui permettront de conserver l’intensité de ses couleurs.

retour au menu ↑

Silure de verre

Kryptopterus vitreolus
  • Nom scientifique : Kryptopterus vitreolus
  • Difficulté de soins : intermédiaire
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 150 litres

Le silure de verre ne peut être confondu avec aucune autre espèce tant son apparence est unique. Ce poisson est dépourvu de nageoire dorsale et de pigmentation, il est ainsi transparent, à l’exception de la tête et des os.

Le silure de verre est un poisson de banc pacifique, et même relativement timide. Le groupe doit être composé de 6 spécimens au moins, qui nageront ensemble en banc serré. Il apprécie également avoir de l’ombre, il peut donc être intéressant de prévoir de nombreuses plantes d’aquarium, et plantes de surface.

Le silure de verre est un omnivore à tendance carnivore. Il ne pose pas de problèmes pour l’alimentation et se contente des aliments déshydratés, mais comme pour les autres espèces il est recommandé de lui fournir régulièrement des aliments vivants ou congelés (artémias, vers de vase…).

retour au menu ↑

Corydora nain

Corydoras pygmaeus
  • Nom scientifique : Corydoras pygmaeus
  • Difficulté de soins : intermédiaire
  • Le tempérament : paisible
  • Volume minimal de l’aquarium : 80 litres

Le corydora nain est le plus petit représentant des corydoras, avec une longueur de seulement 3 centimètres à l’âge adulte.

Le corydora nain est très grégaire et fait tout en groupe. Il est nécessaire de constituer un groupe d’au moins 12 individus. C’est un poisson très amusant à regarder, qui passe son temps la tête en bas au fonds de l’aquarium pour chercher de la nourriture, à faire des piqués à la surface pour récupérer de l’air, ou juste à se poser sur une feuille.

Le corydora nain est un poisson pacifique et timide qui ne pose pas de problème avec les autres espèces. En bac communautaire, il faut éviter les espèces agressives, et les grosses espèces de poissons de fonds (pleco, ancistrus…) qui pourraient le blesser involontairement par leur taille.

Au niveau de l’alimentation, le corydora nain est un omnivore qui n’est limité que par la taille de sa bouche. L’alimentation doit avoir pour base un aliment pour poisson de fonds, à compléter par des légumes (concombre, salade, épinards blanchis…) et de petits insectes.

retour au menu ↑

Oscar

Astronotus ocellatus

  • Nom scientifique : Astronotus ocellatus
  • Difficulté de soins : expert
  • Le tempérament : agressif
  • Volume minimal de l’aquarium : 800 litres

L’oscar est le poisson de la démesure. On peut le croiser en animalerie sous sa forme tigrée ou albinos, bien qu’il soit relativement rare et généralement réservé. Et heureusement, car c’est un poisson très particulier ! Tout d’abord parce que c’est un géant pour nos aquariums : il peut mesurer jusqu’à 35 centimètres. Il nécessite un aquarium d’un volume supérieur à 800 litres.

Le caractère est très variable d’un oscar à l’autre : certains sont sociables, d’autres agressifs, certains sont calmes, d’autres plus vifs… Les oscars maintenus ensemble lorsqu’ils sont jeunes peuvent former un groupe, mais les frais sont à l’origine d’une certaine agressivité.

L’oscar est un poisson vorace, qui dévore tout ce qu’il trouve. Il est fortement déconseillé de le maintenir en aquarium communautaire, étant donné qu’il a l’instinct de chasser tout ce qui est nettement plus petit que lui ! Il peut également tuer les espèces de tailles similaires. Il est aussi difficile de garder des plantes, l’oscar mettant facilement l’aquarium sans dessus dessous en déplaçant plantes, sable et pierres.

Christelle

Je m’appelle Christelle, j’ai commencé l’aquariophilie un jour de Noël fatidique il y a 10 ans… Qui aurait cru que ça prendrait autant d’ampleur ? Comme beaucoup, j’ai appris « sur le tas », aquarium après aquarium. Mon objectif est de répondre à toutes vos questions – et même à celles que vous ne vous posez pas encore – pour vous permettre de prendre soin de vos poissons et de vos aquariums. De passionnée à passionnés !

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Inscription / Connexion fermée temporairement
Comparer articles
  • Total (0)
Comparer
0